Les aléas impromptus inévitables | The inevitable impromptu hazards

(English below)

 

C’était un feu roulant!

La route vers le Mexique fut un enchainement d’imprévus, de situations incontrôlables. Impossibles à éviter, il a fallu pratiquer notre laisser-aller et l’acceptation du moment présent en essayant de ne pas râler, à chercher le bon côté des choses. Beau défi!

La petite histoire.

 

Un pneu éclaté.

Le départ est prévu pour le 10 décembre. La veille, la maison est vidée, le camion est plein. L’amoureux part en camion avec les enfants, je les rejoindrai en voiture chez les grands-parents près de Sherbrooke après avoir fait le ménage. Arrivée chez les grands-parents, pas de camion. Les enfants sont au salon, les grands-parents sont passés les ramasser, l’amoureux est au garage.

  • Crevaison,
  • Pneu éclaté,
  • Remorquage.

L’achat de nouveaux pneus était prévu pour le printemps, la dépense est devancée. Et puisque ces pneus ne sont pas en inventaire, c’est deux jours d’attente pour la livraison et la pose.

Soit.

Côté positif: Passer du temps de qualité en famille à squatter chez les grands-parents.

 

La plaque de cuisson ne démarre pas

Celle-là, j’avais un pressentiment. La plaque de cuisson au diesel n’a que peu servi pendant l’été, pas du tout depuis le mois de septembre. De plus, novembre fut très froid, nous ne savions pas vraiment s’il y avait des actions à prendre en cas de température sous le point de congélation. Lorsque j’ai poussé le bouton d’allumage pour la première fois du voyage et que la lumière jaune s’est mise à clignoter sans interruption, j’ai pesté. Je pensais qu’un nettoyage interne la remettrait en fonction. Mais non. Tout est propre, toutes les composantes à l’exception de la carte électronique ont été testé. Rien n’y fait, elle ne démarre toujours pas. Heureusement, nous avons un réchaud au butane qui lui n’a pas d’électronique.

Côté positif: Manger des sandwichs. Simple, rapide, pas trop de vaisselle.

 

Alerte pour orages violents et tornades.

Nous roulons depuis trois jours. L’itinéraire initialement prévu selon la météo n’est plus valable. Nous pensions commencer à avoir chaud à partir de la Caroline du Nord, ce n’est pas le cas. Il pleut, on gèle. En traversant le Tennessee en fin d’après-midi, le cellulaire se met à biper comme je ne l’ai jamais entendu. Message important!

  • Vous approchez une zone d’orages violents,
  • Risques élevés de tornades,
  • Rendez vous aux abris (take shelter now).

Sérieux?

Vérification des images radar sur le web.

Sérieux.

Trouver un viaduc libre pour se protéger du déluge, nous ne sommes pas seuls à chercher un abri. Puis, c’est l’attente à regarder la tempête. Une heure passe, retour sur la route pour s’arrêter un peu plus loin dans la cour d’une église. Encore le déluge. Nous arriverons 2h30 plus tard à notre destination, toujours sous la pluie, à la noirceur.

 

Alerte pour orages violents et tornades.

 

Notre plan pour les États-Unis était d’avaler des kilomètres en soirée. Les averses intenses rendent la conduite de nuit désagréable. Nous souhaitions atteindre la frontière du Mexique en quatre jours, ça en a pris sept.

Côté positif: Dormir plus que prévu. Quand il pleut et qu’il fait froid, ça donne le goût de se coucher tôt.

 

Cinq heures aux douanes

On s’est déjà fait fouiller, vider le camion, passer au scanner, interroger sur nos raisons de voyage, sans jamais que ça ne dure aussi longtemps. Ce passage à la douane était juste in-ter-mi-na-ble. Deux files de voitures qui fusionnent pour atteindre la seule guérite d’ouverte (évidemment). Une lenteur infinie aux guichets pour faire les papiers d’importation du véhicule et demande de visas touristiques.

  • Deux heures pour atteindre la guérite.
  • Trois autres heures pour passer au guichet et terminer les formalités.
  • Arrivés à 10h, départ à 15h. Même pas d’inspection ou de scan du véhicule.

Note à moi-même, ne pas traverser au Mexique le samedi avant Noël.

L’unique guérite ouverte

Puisqu’au Mexique nous roulons seulement de clarté, ça implique un changement de plan pour la nuit. Au lieu de dormir à Saltillo, nous optons pour Ojo del agua, près de Bustamente.

Côté positif: Réaliser, encore une fois, que nos enfants sont très patients et avoir pour nous seuls la place pour se baigner dans l’eau chaude le lendemain matin.

Ojo del agua, source d’eaux thermales.

Des enfants contents de se baigner.

 

Un bruit atroce dans une roue.

Finalement au Mexique, à rouler sur une route secondaire. Nous passons des travailleurs qui comblent des trous dans la chaussée avec de l’asphalte bien chaude. Un restaurant sympathique apparaît, c’est l’heure de prendre une pause pour savourer des tacos!

De retour sur la route, une courbe vers la droite, un bruit infernal de métal qui frotte se fait entendre. Sentiment de panique. Arrêt et test à basse vitesse.

  • Le bruit se présente à la roue avant droite.
  • Le bruit se produit en tournant vers la droite.
  • Le bruit augmente en appuyant sur les freins.
  • Nous sommes au milieu de nulle part.

Nous décidons de faire ce qui est dans nos compétences, c’est-à-dire enlever la roue et inspecter. Sans trop savoir quoi chercher.

Accroupie au soleil, je scrute le frein et (oh joie!) aperçois un morceau d’asphalte logé entre le disque et la structure de la roue. Un coup de spatule et voilà. Je jubile étant convaincue d’avoir résolu l’affaire, l’amoureux reste sceptique. Pose de la roue, test à basse vitesse, pas de bruit.

Côté positif: Se trouver bien bons!

 

La fuite d’eau, l’évier bouché.

En faisant le plein de fruits et légumes frais au Mexique nous constatons qu’il y a une accumulation d’eau à l’endroit où nous entreposons ces denrées. Avant de partir, nous avons changé notre robinet, ce qui a nécessité un nouveau raccord dans l’armoire. Nous soupçonnons ce dernier et décidons de le modifier. Afin de tester l’étanchéité du changement, nous versons une bonne quantité d’eau dans l’évier pour finalement constater que le tuyau est bloqué! L’eau s’écoule mais trèèèèèsss lentement.

L’amoureux qui défait le tuyau récalcitrant.

On débouche ça comment un tuyau flexible de VR qui donne sur un réservoir en aluminium avec une virée à 90 degrés?

On essaie:

  • Le mélange de bicarbonate de soude, sel et vinaigre.
  • La broche flexible au bout arrondi.
  • On met de côté les produits chimiques pour ne pas abimer le réservoir en aluminium.
  • Finalement c’est un ami qui a trouvé la solution, une bonne pression d’air dans le tuyau fourni par notre compresseur pour les pneus.

Hourra!

Côté positif: Se coucher moins niaiseux.

 

Indigestion familiale

Stationnés depuis deux nuits dans le centre de la ville de Morelia à faire ce que nous apprécions le plus au Mexique: manger et goûter à toutes sortes de mets. En fin de journée, fiston annonce qu’il ne se sent pas bien. Quelques minutes plus tard, il vomit. Puis c’est l’heure du coucher et fillette nous donne quelques secondes d’avertissement avant de vomir elle aussi. Et ensuite son frère s’y remet. Puis elle encore.

Nous soupçonnons la sauce accompagnant les « pogos » comme source d’intoxication.

Ce sera:

  • Une nuit sans sommeil, à prendre soins des petits qui vomissent et qui ont la diarrhée.
  • Parfois, les deux enfants sont malades en même temps ou bien l’un demande à l’autre de se dépêcher.
  • Le chien s’interroge et veut sentir partout.
  • L’amoureux lui, ne vomit pas mais ne vaut guère mieux.

Épique. C’en était tellement ahurissant qu’à un moment, au petit matin, je suis prise d’un fou rire.

Et moi, ai-je été malade? Bien-sûr! Mais mon corps a été assez gentil pour attendre que mes enfants soient rétablis avant de s’y atteler.

Côté positif: bof… là je cherche.

Malgré notre indigestion, nous avons bien apprécié Morelia.

 

Partir en voyage apporte toujours un certain degré d’imprévus. C’est normal, ça fait partie de l’aventure. Nous avons beau planifier du mieux qu’on peut, parfois tout semble conspirer à l’inverse. L’acceptation du moment présent, tel qu’il est, demeure la façon la plus simple de s’en sortir. En se disant qu’il y a une fin à toutes situations.

Nous sommes finalement bien arrivés à Chacala pour y passer les trois prochains mois. Le lavage est fait, le camion est propre, toute la famille est en santé. J’avais l’intention de planifier notre itinéraire de retour mais à bien y penser, ça attendra un peu.

J’oubliais, une dernière précision: toutes ces péripéties se sont déroulé sur une période d’environ 15 jours!

Racontez-nous vos pires imprévus sur la route, ça nous réconfortera un peu.

Que du vrai!

(English)

The road to Mexico was a continuous chain of unforeseen, uncontrollable situations. Impossible to avoid, we had to keep calm and accept the present moment, trying to not complain, looking for the best in every situations. Big challenge!

The story.

A burst tire.

Departure is scheduled for December 10. The day before, the house is empty, the truck is full. Lover and kids leave with the truck, I will join them by car at the grandparents’s near Sherbrooke. Arrival at the grandparents, no truck. Kids are in the living room, the grandparents have picked them up, Lover is at the garage.

  • Puncture,
  • Exploded tire,
  • Towing.

The purchase of new tires was planned for the spring, the expense is advanced. And since these tires are not in stock, it’s a two days wait for delivery and installation.

That’s gonna be it.

Positive side: Spend quality time with family while squatting at grandparent’s.

 

The cooking device doesn’t start

That one, I felt it coming. The diesel device was only used a little during the summer, not at all since September. In addition, November was very cold, we didn’t really know if there were actions to take in case of temperature below freezing. When I pushed the ignition button for the first time on the trip and the yellow light started flashing continuously, I just wined. I thought an internal cleaning would fis it. But no. Everything is clean, all components except the electronic card have been tested. Nothing helps, it won’t start. Fortunately, we have a butane stove which has no electronics.

Positive side: Eat sandwiches. Simple, fast, no dishes.

 

Severe thunderstorms and tornadoes alert.

We’ve been driving for three days. The route initially planned according to the weather is no longer valid. We thought it would start to get hotter in North Carolina, it didn’t. It’s raining, we’re freezing. While crossing Tennessee by the end of the afternoon, the cell phone starts to beep like hell. Important message!

  • You are approaching an area of ​​severe thunderstorms,
  • High risk of tornadoes,
  • Take shelter now.

Seriously?

Checking radar images on the web.

Seriously.

Seeking for a free viaduct to protect ourself from the deluge, we are not the only ones looking for a shelter. Then, wait and watch the storm. An hour passes, back on the road to stop again a little further on a church’s parking lot. The flood again. We arrive 2h30 later at our destination, always in the rain, in the darkness.

Looking at the storm.

Our driving plan while in the US was to drive for miles in the evening. Heavy showers make driving at night unpleasant. We had planned to reach the Mexico’s border within four days, it took seven.

Positive side: Sleep more than expected. When it’s cold and rainy you just go to bed early.

 

Five hours to cross the border.

We’ve been searched, asked to empty the truck, go through the scanner, question our reasons for traveling, but it never took so long. This border crossing was just never ending. Two cars lines merging to reach the only open gate (of course). An infinite slowness at the counters to fill the import documents for the vehicle and tourist visas.

  • Two hours to reach the gate.
  • Three more hours to reach the counter and complete the formalities.
  • Arrived at 10 a.m., departure at 3 p.m. Not even a vehicle inspection nor a scan.

Never cross the border the Saturday before Christmas.

The only open gate.

Because in Mexico we only drive in the day time, we had to change our plans for the night. Instead of heading to Saltillo, we opt for Ojo del agua, close to Bustamente.

Positive side: Realize, once again, that our kids are very patient and have all the swimming area for ourselves to bathe in hot water the next morning.

Ojo del agua, thermal hot water.

Happy to swim kids.

 

An excruciating noise while driving.

Finally in Mexico, driving on a secondary road. We pass workers filling holes in the pavement with hot asphalt. A nice restaurant appears, it’s time to take a break and enjoy tacos!

Back on the road, a curve to the right, we hear a hellish noise of metal rubbing. Feeling of panic. We stop and try a low speed test.

  • The noise comes from the right front wheel.
  • The noise occurs when turning to the right.
  • The noise increases when the brakes are applied.
  • We are in the middle of nowhere.

We decide to do what we are able to do, that is, remove the wheel and inspect. Without really knowing what to look for.

Squatting in the sun, I scrutinize the brake and (oh joy!) find a piece of asphalt lodged between the disc and the wheel structure. A spatula hit and it’s gone. Full of happiness and convinced that I solved the problem, Lover remains skeptical. Install the wheel back, low speed test, no noise.

Positive side: Be darn proud!

 

A water leak, a clunged sink.

Filling up with fresh fruits and vegetables from Mexico we realise that there is an accumulation of water where we store these commodities. Before leaving, we changed our tap, which required a new pipe in the cabinet. We suspect the latter and decide to modify it. In order to test the tightness of the change, we pour a good amount of water into the sink to finally note that the pipe is blocked! The water flows but very slowly.

Lover working on the pipe.

How do we unblock a flexible RV pipe that goes to an aluminum tank with a 90 degree swing?

We try:

  • The mixture of baking soda, salt and vinegar,
  • The flexible spindle with rounded tip.
  • No chemicals so as not to damage the aluminum tank.
  • Finally a friend find the solution, shoot a big air pressure in the hose, provided by our compressor for the tires.

Hurray!

Positive side: Go to bed less stupid.

 

Family indigestion

Parked for two nights in the center of the city of Morelia to do what we enjoy most in Mexico: eat and taste all kinds of food. At the end of the day, our son announces that he is not feeling well. A few minutes later, he vomits. Then it’s bedtime and our daughter gives us a few seconds of warning before she vomits too. And then his brother goes back to it. Then she goes again.

We think the sauce the was served with the home-made « pogos » made us sick.

It will be:

  • A sleepless night, taking care of kids vomiting and having diarrhea.
  • Sometimes both kids are sick at the same time or one asks the other to hurry.
  • The dog wonders and wants to smell everywhere.
  • Lover doesn’t vomit but is not much better.

Epic. It was so mind-boggling that at one point, in the early morning, I had a laugh.

And I, have I been sick? Of course! But my body was kind enough to wait for my children to recover before getting down to it.

Positive side: Blah … there I am looking for.

Even sick, Morelia is a fabulous town.

 

Going on a trip always brings a certain degree of unexpected. It’s normal, it’s part of the adventure. No matter how hard we plan, sometimes everything seems to conspire the other way around. Accepting the present moment, as it is, is the easiest way out. Knowing that there is an end to all situations.

We arrived well in Chacala to spend the next three months. The washing is done, the truck is clean, the whole family is healthy. I intended to plan our return trip but come to think of it, it will wait a bit.

I forgot, one last clarification: all these adventures took place over a period of about 15 days!

Tell us about your worst unexpected adventure on the road, it will comfort us a little.

So true.

Rouler sa vie

Famille de 4 nomades, nous explorons le monde à bord de notre maison roulante. Family of 4 exploring the world in our house on wheels.

14 Comments:

  1. Bonjour vous quatre,
    C’est toujours agréable de vous lire même si cette fois, on constate des moments difficiles! J’aime bien tes petites conclusions « côtés positifs »!
    Bon séjour à Chacala!
    On attend vos prochains coucous.
    Plein de bisous
    Danielle xxx

  2. Oh wow… ça fait beaucoup de péripéties en seulement 15 jours! Une chance que vous êtes manual et débrouillard!
    Malheureusement, je n’ai pas beaucoup d’imprévus sur la route à vous raconter. Donc, c’est quelqu’un d’autre qui pourra vous réconforter avec les siennes 🙂
    Je vous souhaite de passer un bel « hiver » à Chacala.

  3. Bonjour! Merci pour ce récit coloré, rempli de clins d’œil! Je me demandais comment vous fonctionnez pendant une aussi longue période dans un parc sans services. Vous déplacez-vous à intervalles régulier pour faire la vidange (eau noire) et remplir le réservoir d’eau? Ou y a-t-il un service ambulant qui se rend au parc ou vous êtes? Merci pour ces précisions! Et bonne continuation!

    • Nous avons une toilette à cassette, facile à vider dans n’importe qu’elle toilette et nous achetons des 18 litres d’eau pour remplir nos réservoirs. Il y a souvent des camions qui en font la livraison.

  4. oh my god! que d’aventures! Il y a toujours une solution à tout … tant mieux!
    Je vous souhaite du bon temps en famille…. et je continuerai de vous suivre.
    oh! et Bonne année à vous 4!!!

    bisoux
    la voisine!

  5. Super je vous suis , félicitation pour votre courage .DE : Michel Chaput

  6. Ouf, ça me console de vous lire. Je croyais être le seul à qui les maleurs s’abatent sur la route. Mais bon, je compathies avec vous.

  7. Comme on dit, plus ça va mal, plus c’est sur le bord de ben aller!

  8. Tellement plaisant de vous lire! L’hiver passée suis partie du Québec jusqu’à Puerto Vallarta en voiture Hyundai avec mon chien, seule. Le retour nous a pris 8 nuits. Ma page Facebook : Du Québec au Mexique en voiture.
    Je vous suis, bonne continuation.
    Diane

Faites-nous plaisir, laissez un commentaire