Mexique rural: faire l’épicerie | Rural Mexico: grocery shopping

(English below)

Se poser pour quelques mois en milieu rural au Mexique signifie bien souvent ne pas avoir accès à un supermarché ou un magasin de grande surface pour faire nos achats. Grand bien nous fasse, cette situation nous oblige à plonger plus profondément dans la réalité locale. Que nous soyons à El Cuyo dans l’état du Yucatan, à Minéral de Pozos dans le Guanajuato ou bien ici à Chacala dans le Nayarit, le processus est le même: il faut apprendre à dénicher les ressources qui sont parfois bien cachées.

Faire nos achats au village c’est:

  • développer un réseau, connaître personnellement les marchands
  • questionner beaucoup,
  • abandonner certains besoins.

Plus on s’y attarde, meilleure est notre satisfaction.

Voici comment on se débrouille pour « faire notre épicerie », ici à Chacala et au village voisin, Las Varas, qui offre un peu plus de commodités.

Les tortillas

La base. Pratiquement chaque village a sa « tortilleria », la fabrique de tortillas, les pains plats faits de maïs. Lorsqu’ils sont frais, encore chauds, c’est bon et il y a une multitude de garnitures possibles; poissons, légumineuses, légumes, même le beurre d’arachides. Les tortillas de la veille, grillés avec un peu d’huile, se transforment en chips croquantes.

La tortilleria: fabrique de tortillas, celle-ci est à Morelia.

Il est frais le poisson! La « pescaderia »

En voulez vous en v’là! La beauté de vivre dans un petit village de pêcheurs est d’avoir accès à du poisson frais quotidiennement. De plus, la poissonnerie de Chacala est notre voisine. J’apporte mon bol, le laisse sur leur comptoir en demandant un demi kilo de filets. Je passe chercher fillette à l’école et au retour, ma commande est prête. De plus, la propriétaire de l’appartement que nous louons opère une poissonnerie à Las Varas. Nous adorons les poissons et produits de la mer. Grillés avec de la lime c’est toujours un délice.

Du poisson bien frais!

Les fruits et légumes, la « fruteria »

Une visite dans une « fruteria » bien garnie est toujours satisfaisante. Rares sont les items importés, la plupart proviennent du Mexique. Parfois on y trouve du fromage et quelques produits laitiers. Que dire de plus? Nous apprécions grandement de pouvoir manger autant de variétés de fruits et légumes frais, en plein hiver.

La fruiterie bien garnie, ma partie préférée des courses.

 

La viande, la « carniceria », on repassera

Notre consommation de viande diminue grandement au Mexique. Les carnicerias (boucheries) ne nous enchantent guère et les coupes de viande diffèrent grandement de ce que nous connaissons. Parfois nous achetons un peu de « carne molido » , de la viande hachée pour faire des burgers ou des cretons. Le reste du temps, nous préférons acheter de la viande déjà cuite. À Chacala, le restaurant du coin nous remplira notre bol de savoureuse viande en sauce pour quelques dollars le kilo. Et à Las Varas, l’amoureux adore la viande de porc cuite dans un gros baril d’huile. Ça ressemble à du porc effiloché, la sauce en moins.

Boucherie de Las Varas. La viande est fraîche mais pas réfrigérée.

L’amoureux qui commande du porc frit.

Fréquenter les marchés de producteurs locaux

Des légumes bios? Des oeufs frais? Les marchés de producteurs locaux sont difficiles à dénicher alors quand il y en a un, généralement une fois par semaine, nous essayons d’être présents. À Chacala, c’est le samedi matin que ça se passe. Les légumes frais de Iku granja sont un délice et manger de la roquette est un petit bonheur. Vous devriez voir la file de touristes qui attendent pour pouvoir mettre la main sur ces verdures.

De belles verdures biologiques.

Du pain, de la « panaderia »

Les temps changent. Au début de nos pérégrinations au Mexique, les pains vendus en boulangerie étaient disons, sans intérêt. Peu de mie, texture sèche, il était difficile d’y trouver satisfaction. Cette année nous constatons qu’il n’est pas rare de pouvoir mettre la main sur de bons pains, parfois même faits de farines spécialisées! Choyés nous sommes, une boulangerie vient tout juste d’ouvrir ses portes à Chacala, pains de farine intégrale, brioches à la cannelle, il y a même du sans gluten et sans oeuf. Il faut croire que l’achalandage touristique a de bons côtés.

Pour tout le reste, les « abarottes » ou les « tiendas »

À chercher, on fini par trouver. Les petites épiceries et dépanneurs offrent bien des surprises à qui prend le temps de chercher ou de questionner. Si vous voulez du pain en tranche, du fromage, quelques charcuteries et produits importés, c’est votre meilleure option. L’ambiance n’est pas ce qui se fait de mieux mais pour dénicher des denrées sèches, des sauces, quelques trucs en canne, ça fait la job. Parce que parfois nous sommes bien contents de pouvoir faire une recette qui nécessite de la sauce soja ou des feuilles de riz.

Abarottes Mexico, une petite épicerie de Las Varas. Zéro pour l’ambiance.

 

Décidément, faire les courses dans un petit village est une toute autre réalité que d’aller faire l’épicerie au Québec. Pas de grandes allées réfrigérées, pas de mets préparés, pas de publicité pour nous inciter à acheter. Effectuer les achats nécessite plus de temps, plusieurs arrêts. Pas question de partir avec une liste d’ingrédients pour des recettes déterminées. C’est plutôt l’inverse, nous cuisinerons avec ce qu’il y a de disponible.

Nous pourrions bien rouler quelques dizaines de kilomètres jusqu’à la ville pour aller déambuler dans les allées d’une grande surface climatisée remplie du plancher au plafond, mais à quoi bon? Tant qu’à être au Mexique, autant bien en profiter.

 

Vous aimez ce que vous lisez? Partagez nos articles et n’hésitez pas à les commenter, ça fait toujours plaisir de vous lire.

 

(English)

Living for a few months in rural Mexico often means not having access to a supermarket or a big store. Good for us, this situation forces us to delve more deeply into local reality. Whether we are in El Cuyo in the state of Yucatan, in Mineral de Pozos, Guanajuato or here in Chacala, Nayarit, it’s the same process: learn to find resources that are sometimes well hidden.

Shopping in the village is:

  • develop a network, get to know personally the merchants,
  • question a lot,
  • Let go certain needs.

The more we work on it, the better our satisfaction.

Here is how we manage to go grocery shopping, here in Chacala and the neighboring village, Las Varas, which offers a little more amenities.

 

The tortillas

The base. Almost every village has its « tortilleria », the tortilla factory, corn flatbreads. When fresh, still hot, it’s good and there are a multitude of possible garnishes; fish, beans, veggies, even peanut butter. The left over can be grilled with a little oil and will turn into crunchy chips.

A tortillas factory, here in Morelia.

 

Fresh fish! « La pescaderia »

The good side of living in a small fishing village is having access to fresh fish daily. In addition, the Chacala fish market is our neighbor. I bring my bowl, leave it on their counter asking for half a kilo of fillets, go get my daughter at school and it’s ready when I’m back. In addition, the owner of the apartment we rent operates a fish shop in Las Varas. Fortunately, we love fish and seafood. Grilled with green lemon it’s always a delight.

As much as you want, fresh fish.

 

Fruits and veggies, « la fruteria »

A visit to a well-stocked « fruteria » is always pleasant. Few imported items, most are from Mexico. Sometimes there is cheese and dairy products. What more can be said? We really appreciate being able to eat so much fresh fruits and vegetables during winter.

Nice shopping in a well stocked fruits and veggies store.

 

The meat, « la carniceria » we’ll pass.

Our meat consumption is greatly reduced in Mexico. Carnicerias (butcheries) do not look appealing to us and the meat cuts differ greatly from what we know. Sometimes we buy a little « carne molido », minced meat to cook burgers. Most of the time, we prefer to buy already cooked meat. In Chacala, the local restaurant will fill our bowl with tasty meat in sauce for a few dollars per kilo. And in Las Varas, Lover likes to buy pork cooked in a big barrel of oil. It tastes like pulled pork, but with no sauce.

The butcher place, the meat is fresh and not refrigerated.

Lover buying fried pork.

Local farmers’ markets

Organic vegetables? Fresh eggs? Local farmers markets are hard to find so when there is one, usually once a week, we try to be there. In Chacala, it’s Saturday morning. The fresh vegetables from Iku granja are a delight and eating arugula is a treat. You should see the line of tourists waiting to get their hands on these greenery.

Fresh organic greens.

Bread at « la panaderia’

Things are changing. At the beginning of our wanderings in Mexico, the breads sold in bakeries were, let’s say, with no interest. Little crumb, dry texture, it was difficult to find a good product. This year we see that it’s not uncommon to be able to get our hands on good breads, sometimes even made of integral flour! Lucky we are, a bakery has just opened its doors in Chacala offering whole wheat breads, cinnamon rolls, there is even gluten-free and egg-free. We have to admit that tourist traffic has good sides.

 

For everything else, the « abarottes » or « tienda »

When we search, we end up finding. Small grocery stores and convenience stores offer many surprises to those who take the time to look. If you want sliced ​​bread, cheese, a few cold meats and imported products, this is your best option. The shopping experience is not the best, but to get dry food, sauces, some cane stuff, it works. Because sometimes we’re happy to be able to make a recipe that requires soy sauce or sesame oil.

The « abarottes Mexico » in Las Varas.

 

Definitely, shopping in a small village is a completely different reality than going to the grocery store in Quebec. No large refrigerated aisles, no prepared food, no advertising to make us buy. Going grocery shopping requires more time, several stops. Not a good idea to plan to shop for specific recipes it’s rather the opposite, we’ll cook with what’s available.

We could drive a few dozen kilometers to the city to wander the aisles of a large air-conditioned store filled from floor to ceiling, but why? We’re in Mexico, we might as well enjoy it.

 

You like what you read? Please share it and feel free to post comments, we’re always happy to read!

Rouler sa vie

Famille de 4 nomades, nous explorons le monde à bord de notre maison roulante. Family of 4 exploring the world in our house on wheels.

5 Comments:

  1. Merci, ç’est le fun de vous lire. On vous a envoyé un message privé sur FB. On attend votre réponse. Merci Danielle

  2. Sylvie Pierrôt

    J’adore ce quotidien partagé!

  3. Danielle Seguin

    Toujours passionnant de vous lire! Bonne continuité! Bisous à toute la famille!

  4. vos article me donne vraiment le gout de me lancé l’hiver prochain je part pour ce petit village merci de nous montré la voix toujours un plaisir de vous suivre .

  5. Oui il faut une bonne capacité d’adaptation mais ça fait partie de l’expérience. Nous avons séjourné une semaine « dans le camping » sur la plage de Chacala. C’est un plaisir de vous lire situant les commerces et me rappelant le marché du samedi.

Faites-nous plaisir, laissez un commentaire