Pourquoi partir ?

Je vous retourne la question, et pourquoi pas ? Pourquoi attendre ? Quoi attendre ?

L’idée de partir est présente depuis longtemps dans un coin de mon esprit. Depuis le milieu de ma vingtaine je vous dirais. Ouf, ça fait presque 15 ans…  Je vous fais une histoire courte.

  • Aux alentours de 2002. J’ai 25 ans, un bon emploi stable, un duplex sur l’île de Montréal, pas de vie amoureuse satisfaisante et je tourne en rond en ayant l’impression que mon futur sera un long fleuve tranquille jusqu’à  ma retraite. Pour me fouetter un peu, je me promets que si à trente ans rien n’a changé, je vends tout et je pars avec mon sac à dos.
  • 2007.  J’ai 29 ans, je réalise un voyage de plusieurs semaines, une sorte de pratique. À mon retour, BAM ! je rencontre l’homme de ma vie. J’ai 29 ans et demi. Nous devenons un couple qui voyage.
  • 18 mois plus tard, c’est l’arrivée de notre premier enfant. Nous devenons une famille qui voyage. Avant l’âge de deux ans, notre fils aura cumulé des dizaines d’heures de vol et visité plusieurs pays.
  • Fin du congé parental, retour au travail. Choc. La vie que nous menons ne correspond plus à nos valeurs. Montréal ne nous convient plus. Nous souhaitons aller vivre en région mais nos emplois ne s’y retrouvent pas.
  • 2010. Réorientation. Le but, être maître de notre temps et carrière. Je serai travailleuse autonome et François, propriétaire d’entreprise. Je retourne aux études pendant trois ans apprendre l’acupuncture, tandis que François achète une érablière et fait son cours en acériculture à distance.
  • 2013. Fin des études, déménagement à Lac-Mégantic en Estrie, bébé numéro deux en route. Atterrissage  dans notre nouvelle vie. Démarrage de ma clinique.
  • 2013, septembre. Réflexion sur notre façon de voyager. Afin d’avoir un rythme plus adapté aux enfants, nous acquérons un petit motorisé, un Eurovan Winnibago. C’est la piqûre.
  • 2014, janvier. Arrivée de fillette.

Notre premier motorisé, c’est la piqûre !

 

Nous voilà à l’automne 2014. Je fais un bilan des dernières années. Notre changement de vie est réussi. Amour, famille, vie professionnelle, environnement agréable, tout y est.

L’envie de partir me reprend. Je recommence à rêver d’un long voyage. Cette fois-ci, pas pour me sauver d’une réalité que je n’aime pas, au contraire, plutôt pour en profiter. Pour profiter de ceux que j’aime, avoir du temps, vivre, créer des moments magiques remplis de découvertes. Alors je réfléchi… J’aurai quarante ans en 2017, cette année sera aussi celle de nos dix ans de couple. J’ai trouvé ma défaite ! Nous planifions un voyage de six mois, commençons à fabuler, explorer les options. Difficile de choisir une destination, la liste est trop longue. Puis, passe une bulle. Et si on partait plus longtemps ? Longtemps comment ? Juste longtemps. Et puis, pourquoi attendre en 2017 ?

Papillons dans l’estomac…

Après mûre réflexion, des soirées, des nuits à y penser. Après avoir écouté nos coeurs, après avoir consulté fiston, le choix est fait. Nous vendons tout et partons en motorisé. Quelle destination ? Aucune idée. Présentement le projet est de partir. Le chemin se tracera bien au moment opportun.

Je reviens à ma question première, pourquoi partir ? Plusieurs réponses sont possibles et elles seront bonnes pour quelqu’un, mauvaises pour d’autres. Pour ma part, je veux déconnecter afin de créer de l’espace, ouvrir mon horizon.  J’ai beaucoup de difficulté avec l’ordre établi, les structures, le système qui pousse à se conformer, à entrer dans un carcan. La norme m’effraie. Je ne veux pas d’une vie où les jours se suivent et se ressemblent. Je veux du temps, beaucoup de temps en famille, voir grandir mes enfants, leur faire découvrir une partie du monde, vivre l’aventure avec eux.

Je pourrais vous donner encore des dizaines de raisons pour justifier notre projet, mais ce n’est pas ce qui importe. L’important est de choisir. Choisir de créer notre vie rêvée, choisir de mettre de côté nos peurs et d’aller vers ce qui nous attire, nous fait vibrer. C’est ce qui compte. Parce que la vie est vraiment trop courte.

Une fois la décision prise, il faut s’arranger pour que ça arrive. Vous pouvez lire le cheminement des préparatifs dans la catégorie Vie de VR.

 

 

 

 

 

Rouler sa vie

Famille de 4 nomades, nous explorons le monde à bord de notre maison roulante.
Family of 4 exploring the world in our house on wheels.

4 Comments:

  1. N’hésitez pas à continuer votre projet! Nous n’avons aucun regret. Du tout.

  2. Très jolie réflexion, j’adore ! Nous sommes aussi en train de préparer notre départ pour une vie nomade avec nos 3 enfants. Et j’aurais 40 ans aussi en 2017 !! Serait-ce notre crise de la quarantaine ? lol
    Dans tous les cas, je vous souhaite de bons préparatifs et un bon départ ! Et j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de familles nomades sur les routes du monde.

  3. Je partage entièrement votre vision de la vie et vos motivations à vivre autrement. Nous sommes une famille de 5 qui sommes en préparatif (vente de maison, achat d’un RV, etc.) afin de tenter la même aventure. Je dois avouer qu’à ce stade le doute m’habite encore à l’occasion, mais lorsque je lis des récits tels que celui-ci, cela me rassure dans ma décision de partir vivre sur la route avec les enfants. Merci de partager votre histoire!

Faites-nous plaisir, laissez un commentaire