L’école et la loi

L’une des questions la plus souvent posée lorsqu’on parle de notre projet est : «et l’école, vous allez la faire ? ». Oui, nous allons la faire. Sur la route, dans des endroits tellement agréables que nous n’aurons pas l’impression de vraiment la faire. Loin de nous, parents indignes, l’idée de rendre nos enfants inaptes en société ou incapables d’intégrer le marché du travail dans un jour lointain. Comme nous sommes novices dans le domaine, nous avons fait nos recherches.

Tout d’abord, selon la loi québécoise, à quoi sommes nous tenus?

La loi sur l’instruction publique va comme suit :

« Tout enfant qui est résident du Québec doit fréquenter une école à compter du premier jour du calendrier scolaire de l’année scolaire suivant celle où il a atteint l’âge de 6 ans jusqu’au dernier jour du calendrier scolaire de l’année scolaire au cours de laquelle il atteint l’âge de 16 ans ou au terme de laquelle il obtient un diplôme décerné par la ministre, selon la première éventualité  (…)

Est dispensé de l’obligation de fréquenter une école l’enfant qui:

(…)

4° reçoit à la maison un enseignement et y vit une expérience éducative qui, d’après une évaluation faite par la commission scolaire ou à sa demande, sont équivalents à ce qui est dispensé ou vécu à l’école.

Ouf. À lire cette loi, la pression sur nos épaules est lourde. Serons-nous capable d’instruire nos enfants ? À la hauteur de ce qu’ils recevraient dans le système scolaire ? Avons-nous les compétences nécessaires ?

Pour alléger un peu nos épaules, nous avons visité le site de l’Association québécoise pour l’école à domicile. Le site explique entre autre, que les enfants sont reliés à une commission scolaire selon l’adresse de résidence et qu’il appartient à cette commission scolaire d’évaluer l’enseignement qu’un enfant reçoit. Chaque commission scolaire a sa propre vision et façon de faire. Très bien documenté et avec un discours rassurant, cette lecture nous a redonner confiance.

Ensuite, afin d’avoir une idée de ce que nos enfants apprendraient en milieu scolaire, nous avons consulté le programme de formation de l’école québécoise. En gros, les matières sont le français, l’anglais langue seconde, la science et la technologie, univers social, arts et développement personnel ce qui inclut éducation physique, morale et religieuse.

Essayons de transposer tout ça dans un cadre de voyage et découvertes.

  • Anglais. Voyager à l’extérieur du Québec fera aussi bien le travail que quelques heures par semaines dans une classe. Nous planifions aussi de visiter des pays dont la langue principale est l’espagnol.
  • Univers social et enseignement moral. Honnêtement, je considère que ce sera acquis sans y porter d’attention particulière. L’ouverture sur le monde, le respect des us et coutumes d’autres pays, la diversité. Nos enfants grandirons dans la conscience des différences.
  • Éducation physique. Pas d’inquiétude. Randonnées à pied ou à vélo, canot, natation.. pour ne nommer que ceux-là.
  • Les arts, la science et la technologie. Couvert par la visite de musées, expositions, spectacles. Mon fils aura son propre blogue simonautourdumonde.com qui sera fourni en photos, vidéos et textes.
  • Le français. Nous aurons des objectifs clairs, probablement annuels. Des cahiers d’apprentissage pour nous guider.
  • Les mathématiques. Nous essayons la méthode Défi mathématique.
  • À tous ça nous planifions faire, à chaque année, un porte-folio sous forme d’album souvenir afin de raconter nos plus beaux moments.

Finalement, pour bien ancrer notre choix, nous avons contacté quelques familles pratiquant l’instruction à domicile. Ce que nous en avons retenu ? Il y a autant de façons de faire que de familles. Certaines sont très à l’aise avec le libre apprentissage, c’est-à-dire laisser l’enfant choisir, apprendre par lui-même, en temps voulu selon ses intérêts. D’autres suivent rigoureusement le programme de la commission scolaire avec des heures fixes à chaque jour pour l’apprentissage par sujets.

Nous croyons que chaque jour apportera son lot d’apprentissage. Nous serons en constante adaptation, en perpétuelle découverte. Les enfants auront les yeux grands ouverts et le cerveau prêt à absorber. Si un jour nos enfants réintègrent le système scolaire québécois, ils auront à faire une évaluation et seront classés selon leurs acquis.

Notre conclusion, l’école à la maison ou sur la route est un choix très personnel. À nous d’en faire une réussite !

Vous avez le goût de lire la loi sur l’instruction publique en entier? Voici le lien

Vous faites l’école à la maison ou sur la route ? Vous avez des astuces à nous partager ? Écrivez-nous !

 

 

 

Rouler sa vie

Famille de 4 nomades, nous explorons le monde à bord de notre maison roulante.
Family of 4 exploring the world in our house on wheels.

2 Comments:

  1. Merci beaucoup pour tout ces liens web, pour votre façon d’écrire et vos bons conseils. Nous partons en septembre prochain en voilier avec nos 4 enfants. Nous avons deux enfants à faire l’école sur le bateau. Nous avons les livres que les professeurs nous ont laissés et plusieurs applications. Mais comment faire le tri dans tout ça, vos suggestions sont grandement appréciés. Au plaisir de vous lire!

    Mylène et la famille Fleury

    • Bonjour Mylène, vous avez un beau projet! Nous revenons d’une semaine en catamaran, le but était de tester la vie en mer.. Nous n’y sommes pas encore! Pour faire le tri, je crois que le mieux est de laisser choisir les enfants, en gardant quelques options de côté pour quand ils auront envie de changement. Aussi, internet n’est pas toujours disponible, de belles activités papiers seront utiles.

Faites-nous plaisir, laissez un commentaire