Comment ne pas aller à Sandbanks

 

Je l’avoue, se pointer à Picton, petite ville près de Sandbanks, sans réservation, le vendredi après-midi précédant la fin de semaine de la fête du travail n’était pas notre meilleure idée. Nous savions déjà que tous les campings des environs étaient complets pour les trois prochaines nuits, mais j’avais encore l’espoir, en visitant le bureau touristique, qu’une solution se présenterait d’elle-même.

Et non.

Sur place, la jeune dame, plutôt blasée, nous informe formellement que la municipalité de Picton n’est pas favorable au stationnement de motorisé dans ses rues pour la nuit et que nous pourrions avoir de « big problems ».

Point.

Elle nous regarde et attend.

Nous passons un peu de temps à feuilleter les dépliants de la région. Fillette me dit qu’elle a besoin d’aller au petit coin. Je m’informe pour utiliser les toilettes et me fais répondre qu’ici (à Picton), il n’y a pas de toilette publique. Mais que nous pouvons nous rendre au Tim Hortons. Pour une municipalité très touristique, ce n’est pas ce que j’appelle accueillante.

J’abdique.

Il y a, à une quarantaine de kilomètres, un Walmart où nous pourrons passer le nuit. Nous reprenons la route avec l’heure du souper qui approche.

Légèrement frustrée, je mijote ma déception en réfléchissant à un plan B pour le repas. En même temps, mes yeux se portent sur un « food truck » en bord de route. Je demande à l’amoureux qu’est-ce qu’il aimerait manger, il ne sait pas.

Je dis : « il y a une cantine juste là. »

Il me regarde et me demande : « ça te tente ? »

Signe de tête positif, virage en U. Le plan B est effectif. Les enfants sont fous de joie.

Chanceux comme nous sommes, la cantine ferme à 18h, il est 17h50. La dame au comptoir nous aborde en français avec un grand sourire. Yé !

Notre bonne étoile est de retour. Chantal, propriétaire du Tabersnack, est québécoise et habite la région depuis quelques années.  Après nous avoir servi notre festin de poutines, burger et rondelle d’oignons frits, elle ferme son restaurant et nous discutons.

plage-bakker-tabersnack

Le Tabersnack food truck et sa propriétaire québécoise, Chantal.

 

Son histoire est comme nous les aimons. Suite à plusieurs années de travail à Montréal, elle quitte tout, direction Grand Cayman. Elle déteste et décide de venir travailler ici, dans le comté du Prince Édouard, pour une amie exploitant un vignoble. Dernièrement, elle a eu envie de nouveaux défis et a bâti son projet, le Tabersnack food truck.

Lorsque nous lui racontons qu’il est impossible de trouver un endroit pour passer la nuit, elle sort sa tablette et nous oriente vers une plage peu connue, celle fréquentée seulement par les locaux. Nous tentons notre chance.

Et voilà où nous arrivons. Pour y rester trois nuits.

plage-bakker-stationnement

Le stationnement à la fin de la route.

plage-bakker-chemin2

À quelques pas de la plage.

plage-bakker-plage

Et voilà.

 

Sous une soleil radieux,  nous avons profité de l’eau cristalline, du sable, des cailloux, des nuits noires et silencieuses.

plage-bakker-simon

L’eau très claire et peu profonde.

 

De jour, la plage était légèrement achalandée et nous avons jasé avec des habitués de l’endroit. Yvan, un retraité de l’armée, nous a recommandé d’aller voir le Musée de l’aviation royale canadienne à Trenton. Fiston a publié un article sur cette visite qui fut très agréable, instructive et gratuite !

plage-bakker-caillou

Défi de construction de tour de cailloux, 22 à battre.

 

Rassasiés de soleil, plage et baignade nous quittons pour une visite de vignoble. Dégustation de vins et nuitée sur place grâce au réseau Harvest Host. Pour plus de détails, lisez Harvest Host, dormir chez l’agriculteur.

Et Sandbanks ?

Nous y sommes allés, un mardi ensoleillé suivant la fin de semaine de la fête du travail. C’est beau. Mais notre petite plage magique est difficile à battre.

plage-bakker-sandbanks

Fiston qui prend une pause de baignade au parc provincial de Sandbanks.

 

Plus au Nord, une autre option aussi très agréable est le parc national de Presqu’île. Nous y avons passé une journée venteuse sur une plage presque déserte. L’amoureux a pu pratiquer du kitesurf.

plage-bakker-presquil

L’amoureux en action.

plage-bakker-presquil-enfant

Les enfants en action.

 

Alors si jamais vous ne réussissez pas à avoir un emplacement de camping à Sandbanks, ne désespérez pas, il y a d’autres options.

Ah oui ? Vous aimeriez savoir elle est où notre petite plage magique ? Passez par le Tabersnack food truck, c’est à 15 minutes de là, au bout de Bakker road, juste au sud du parc provincial de North beach. Mais ne le dites pas trop fort.

 

 

Rouler sa vie

Famille de 4 nomades, nous explorons le monde à bord de notre maison roulante. Family of 4 exploring the world in our house on wheels.

4 Comments:

  1. Belle découverte!
    On avait bien aimé cette région nous aussi! La plage est magnifique!
    J’avais lu que la ville de Picton est renommée pour ses hot-dogs!
    Vous étiez dans le ton avec cette cantine!
    Bisous
    Danielle et Jean

  2. Maintenant je sais où se troube Picton Sandbank,Ontario.
    Super ! de me faire visiter des endroits inconnus. Je Roule avec vous…….
    Raymond

Laisser un commentaire